skip_to_content

Editorial: La stratégie informatique de la Confédération

written_by

Alain Gut

,

categories

La situation extraordinaire met en évidence les forces et faiblesses de la Confédération dans le domaine de la numérisation. Est-ce une simple coïncidence ou le destin que trois annonces concernant l’informatique de l'administration fédéral aient été publiées au mois d'avril?

Bundeshaus.jpg

Certes, ces dernières années, l'administration s'est améliorée, bien que très lentement, sur le plan technologique. Au niveau fédéral, il faut encore beaucoup de temps pour traiter les nouvelles technologies et leurs influences possibles, puis pour déclencher les projets correspondants. Dans le secteur public, les progrès réalisés dans le domaine de la cyber-administration continuent d'être mesurés et, jusqu'à présent, aucun véritable succès n'a été enregistré en Suisse. Nous ne sommes pas nécessairement moins bons que d'autres pays, mais les autres s’améliorent. Bien que la Suisse soit (encore) considérée comme un pays innovant, elle a des difficultés à identifier les nouveaux développements ainsi qu’à les mettre en œuvre. Tout sera-t-il différent à présent ?

La confédération donnera-t-elle désormais un coup d’accélérateur à son informatique ?

La stratégie informatique de la Confédération 2020-2023 se concentre sur les changements nécessaires pour aligner le système informatique fédéral sur les besoins opérationnels et pour fournir un soutien optimal aux activités administratives dans la transformation numérique. La stratégie définit des domaines d'action et des objectifs directeurs qui s'articulent autour des quatre axes stratégiques suivants: la gestion des informations, des données et des processus, la gestion de l'innovation et du changement, la focalisation sur les clients et les services et la coopération entre la gestion des affaires et l'informatique. Le plan directeur 2020 documente le portefeuille initial pour la mise en œuvre de la stratégie. Le Conseil fédéral entend notamment rattacher l’informatique à l’échelon hiérarchique le plus élevé, améliorer l’orientation client des prestations administratives, appliquer le principe once only (les données ne sont saisies qu'une seule fois), réaliser des nuages hybrides pour l’administration fédérale, tester de nouvelles technologies, bâtir des compétences en matière de science de données et améliorer les conditions dans les domaines des incitations financières, des connaissances en gestion et des acquisitions.

Une nouvelle organisation pour la numérisation, la conduite et le pilotage de l’informatique et la numérisation verra le jour au sein de l’administration fédérale. Les défis de la transformation numérique et des grands projets informatiques sont hautement prioritaires pour le Conseil fédéral. Le Conseil fédéral veut garantir des processus de décision rapides et appropriés, des responsabilités et des compétences clairement attribuées et une gestion efficace des interfaces, notamment entre la gestion des affaires et l'informatique. Les principaux éléments de la réorganisation comprennent un "Comité du Conseil fédéral sur la numérisation et l'informatique" et un-e délégué-e du Conseil fédéral pour la numérisation et la conduite de l'informatique. La Chancellerie fédérale, en collaboration avec les départements, soumettra un concept de mise en œuvre au Conseil fédéral d'ici au troisième trimestre 2020.

La Confédération, les cantons, les communes et les villes renforcent leur coopération dans le développement et la gestion du projet « Administration numérique ». Le Conseil fédéral et l'assemblée plénière de la Conférence des gouvernements cantonaux (CdC) ont décidé d'un projet global. Une organisation commune à large assise doit relever les défis transversaux qui sont essentiels au succès, tels que la coordination des projets législatifs, la définition de normes contraignantes dans le domaine de la gestion des données, la cohérence des processus et l'identification et la fourniture de services de base tels que les services d'identité. La politique d’encouragement, l'innovation et l'échange de connaissances et d'expériences sont tout aussi importants.

La première étape jusqu'en 2022 prévoit la mise en œuvre d'une plate-forme politique avec un développement standard, encore sans compétences, mais avec un large mandat et le droit de proposition. La deuxième étape comprend une plate-forme politique avec des standards obligatoires, par exemple dans le domaine de la gestion des données. La troisième étape suppose une autorité dotée d'un large mandat et des compétences nécessaires. Le Conseil fédéral et la Conférence des gouvernements cantonaux (CDC) devraient nommer un-e délégué-e pour l'Administration numérique de la Confédération et des cantons, probablement au début de l'année 2021.

Alain Gut small.jpg

On ne peut qu'espérer que la Confédération va maintenant appuier sur l'accélérateur en ce qui concerne la numérisation. Pour que cela se produise, il est toutefois absolument essentiel qu'un changement culturel ait également lieu dans l'administration (fédérale).

Alain Gut Comité directeur Swico

Les annonces du Conseil fédéral vont dans la bonne direction.

Avec les possibilités technologiques actuelles et futures et la nécessité de processus de bout en bout, "le chacun pour soi" des départements, directions, divisions et services doit appartenir au passé. Cela nécessite la volonté politique et la compréhension technologique nécessaire de l'exécutif et d'une administration qui, en tant qu'entité unique, permet à ses clients, citoyens et entreprises, d'interagir de manière moderne et simple 24 heures sur 24.

Politique de Swico en matière de témoins informatiques
Swico utilise ses propres témoins informatiques et les cookies de tiers à des fins de marketing, de profilage et d'analyse et pour faciliter la navigation sur le site Web. Veuillez lire notre protection données. Cliquez sur FERMER pour accepter les témoins informatiques.